Science et droit pénal : une vision critique lors de la réunion annuelle de l’Association Néerlando-Flamande de Droit Pénal.

En octobre 2018, l’Association Néerlando-Flamande de Droit Pénal (Nederlands-Vlaamse Vereniging voor Strafrecht) a tenu sa réunion annuelle. Le thème de cette année s’articulait autour de la preuve médico-légale en affaires pénales. Après l’exposé passionnant sur le sujet par les pré-conseillers, notre jeune avocate, Julie Petersen, a partagé – comme conseillère – une vision critique sur ce thème d’actualité.
Julie a élargi la problématique en se posant plus précisément la question de savoir si la scientifisation du droit pénal mène effectivement à plus d’objectivité et de certitude juridique. Même si, à première vue, la réponse à la question semble logique, Julie a démontré que les apparences sont trompeuses dans la relation compliquée entre droit et science. En effet, tout constat scientifique n’est par hypothèse que temporairement ‘vrai’ et dès lors, une procédure pénale doit toujours faire l’objet d’une interprétation critique par le juge. Car le juge pénal est à la recherche de la vérité judiciaire. Cette quête requiert par définition qu’il ait le dernier mot – même dans l’hypothèse où la science devait avoir un avis différent. Un jugement pénal est un verdict normatif qui ne peut pas toujours être réduit à une factualité empirique. Julie a ainsi procuré matière à réflexion à cette audience académique hautement estimée.

Partager ce message

Retour à l'aperçu